Secourir des naufragés en mer grâce à un drone

By Drone Actu

Amin Rigi, jeune ingénieur iranien a fabriqué un drone afin de venir en aide aux naufragés en mer. Ce produit lancé sur le marché mondial est le premier surveillant de baignade robotique.

Conçu pour survoler les vagues et pouvoir larguer jusqu’à 3 bouées à des victimes de noyade, le drone a également la capacité de changer l’orientation de ses hélices, passer en mode aéroglisseur et ramener au rivage une victime.

Nommé Robotguard, la dernière version de l’aéronef est étanche et peut se poser à la surface sur l’eau. Capable d’emporter avec lui jusqu’à quinze kilos de matériel, le drone peut atteindre une vitesse maximum de 75 km/h et sa batterie dispose d’une autonomie de 15 minutes. En plus du contrôle manuel, le guidage du drone est assuré grâce au positionnement GPS ainsi qu’une intelligence artificielle. Son inventeur souhaiterait à terme lui permettre d’atterrir sur une plateforme d’alimentation par panneaux solaires afin de recharger les batteries du drone.

Intégrer le drone aux missions de sauvetage

«Nous sommes persuadés que nous avons la possibilité de réduire le nombre de noyades et sauver des vies», explique le jeune iranien, depuis son espace de travail qu’il partage à Londres avec d’autres start-up.

En dépit de leur utilisation croissante dans différents secteurs tels que le cinéma, l’immobilier ou encore l’agriculture, les drones civils inspirent encore beaucoup de méfiance, notamment suite aux nombreux incidents et survols illégaux ayant été recensés en France au cours des six derniers mois.

L’inventeur prévoit que ses engins puissent être utilisés pour localiser les victimes d’accidents, d’incendies, d’inondations ou blessées en randonnée. Si la majeure partie des drones à usage commercial se cantonnent actuellement à des missions de surveillance, Amin Rigi souhaiterait qu’ils soient «intégrés à des missions de sauvetage».

Pas moins de 32 pays ont manifesté leur intérêt pour acquérir cet UAV dont le coût s’élève à environ 8000€. Il faudra cependant attendre encore quelques mois avant que le drone de sauvetage puisse entrer en production avec une série limitée d’environ 200 exemplaires prévue pour cet été.

Laisser un commentaire