ActualitéRecherche

Les drones bientôt pilotés par la pensée ?

L’entreprise australienne Emotiv a exposé un drone contrôlé par la pensée lors du Global Education and Skills Forum à Dubaï. La firme n’est pas spécialisée dans les drones, mais travaille sur une interface neuronale directe.  Celle-ci se présente sous la forme d’un casque qui détecte l’activité du cerveau grâce à l’électroencéphalographie (EEG).

Le modèle exposé permettait aux visiteurs de tester le système dans son format le plus simple. L’utilisateur doit équiper le casque, puis passer une séance d’apprentissage rapide. Il s’agit d’un entraînement pour le système et non pour l’utilisateur. Le casque n’étant pas capable de savoir quelles pensées correspondent à quels tracés EEG, il faut choisir arbitrairement une pensée pour le décollage. Il est possible de penser à une couleur, un son, ou tout simplement le mot « décoller ». Le système apprend alors à reconnaître ce motif sur l’EEG. L’utilisateur peut ensuite commander le drone pour le faire décoller ou atterrir.

La version exposée, volontairement limitée, ne permettait que ces deux commandes basiques. La raison principale est le temps d’apprentissage nécessaire au système pour calibrer les différentes commandes, peu adapté à ce genre de démonstration. En revanche, le système complet est beaucoup plus évolué. Cette technologie pourrait non seulement constituer une interface de pilotage plus intuitive, mais donne également accès aux personnes souffrant d’un handicap qui empêche l’utilisation d’autres types de commandes.

Un système déjà en vente

Emotiv propose son système de contrôle sur son site web, en vente à 14,95 $US sous le nom de MindDrone. Pour l’heure il n’est compatible qu’avec l’AR.DRONE 2.0 de chez Parrot. Attention, ce prix ne couvre que l’application spécifique au drone. Ajoutez également le prix d’achat du drone, ainsi que le casque, dont le modèle Insight, le moins cher, coûte 299 $US. L’utilisation du casque ne se limite pas au pilotage de drone, puisque le constructeur propose déjà une interface pour contrôler les jeux vidéo et les objets connectés.

Articles précédent

Angleterre : des drones pour faire passer la contrebande en prison

Article suivant

Aerones : un drone taille maxi

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*