ActualitéNon classé

Qui sont les drones tueurs de Maduro

Le 4 août, Nicolas Maduro, durant son discours pendant une parade militaire, le président du Venezuela prétendait avoir été la victime d’un attentat commis par deux drones portant des explosifs. Plus de peur que de mal, puisque les drones auraient été neutralisés par un brouilleur, même s’ils ont explosé en faisant sept blessés parmi les militaires présents. Les drones en question sont des Matrice 600 du chinois DJI. Selon les autorités, ils portaient chacun un kilogramme de C4, de quoi faire des dégâts sur un rayon de 50 mètres. S’il s’agit d’un véritable attentat, il a été mené par une organisation qui possédait d’importants moyens. Ainsi, la Matrice 600 coûte près de 5700 euros sur le site de DJI. L’appareil peut effectivement soulever jusqu’à 5,5 kg de charge pour une masse totale de 15 kg. En plus du C4, il fallait effectivement compter sur le système de détonation et, sans doute, une caméra FPV.

Une équipe très organisée et disposant de gros moyens

Les opérateurs devaient se trouve à proximité pour que les drones parcourent la distance le plus faible possible et également parce que la portée de la communication est très limitée en milieu urbain dense. En théorie elle est de 5 km sur une zone totalement dégagée. Avec une telle charge, l’autonomie devrait être d’une vingtaine de minutes, ce qui est amplement suffisant pour un drone destiné à la destruction.

Autonomie de la Matrice 600 selon la charge embarquée et le type de batterie associée. (c) DJI

Reste que faire décoller un tel drone n’est absolument pas discret en raison de son envergure. Les pilotes avaient donc peu de chances d’échapper aux autorités. Difficile de savoir si cette attaque est véritablement un acte terroriste. Outre les importants moyens financiers, elle a nécessité également une coordination précise entre les opérateurs, ainsi qu’une logistique importante. De même, l’équipe qui a mis au point l’attaque devait disposer de solides qualifications en matière de gestion des explosifs. Enfin, le C4, n’est pas un explosif artisanal et reste l’un des plus coûteux. Rappelons qu’il pèse 1,5 fois moins que son équivalent TNT en terme de puissance. Pour un kilogramme de C4, le choix de cet explosif reste étrange, sachant que la Matrice 600 pouvait porter bien plus.

Ils n’avaient pas prévu la présence d’un brouilleur?

Et, si l’équipe était aussi bien organisée, il semble curieux qu’elle n’ait pas anticipée la présence d’un éventuel système de brouillage à proximité du président. Si effectivement, il s’agissait d’un véritable attentat, alors il faut avouer qu’il s’agit d’une première. En Syrie et en Irak, les attaques meurtrières par des drones de type Phantom existent certes depuis des années, avec le largage de grenades, mais il s’agit d’une méthode bien plus low-cost lorsqu’on la compare à celle exploitée à Caracas.

 

Articles précédent

Reaper MQ : des données importantes d'utilisation circulent sur le Dark Web

Article suivant

Des drones pour sécuriser l'inspection des usines Ford

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*