Actualité

Chine : le drone taxi devient une réalité

Le fabricant chinois Ehang a réussi une prouesse en devenant le premier à mettre au point un taxi autonome volant. D’autres constructeurs, comme Airbus via sa startup A3, se lancent dans des projets similaires, mais aucun n’est encore abouti.

L’appareil fonctionne sans pilote. Il suffira d’utiliser une application sur son smartphone pour appeler un taxi, puis d’indiquer la destination sur une tablette une fois à bord. Baptisé E 184, il est capable d’une vitesse maximale de 130 kilomètres par heure, pour une autonomie de 25 minutes. Comptez une heure pour recharger la batterie. L’appareil pèse 210 kilogrammes et peut transporter deux passagers. Ce taxi est parfaitement autonome, et peut détecter et éviter les obstacles. En cas de panne d’un composant, l’appareil est programmé pour se poser sur l’emplacement le plus proche. Ce cas de figure devrait rester extrêmement rare, l’E 184 disposant de systèmes redondants qui lui permettent de voler même avec une panne du moteur principal. De plus, le drone reste connecté en 4G à une centrale qui peut prendre la main en cas de problème.

Une commercialisation déjà lancée

La firme a annoncé commencer la construction de masse de ses drones en début d’année prochaine. Le principal frein pour le dépoilement des taxis à ce stade est réglementaire. En attendant, Ehang a déjà vendu une trentaine de ces drones d’une valeur de 200 000 euros. La ville de Dubaï compte notamment s’équiper d’une flotte de taxis volants dans les 5 ans, et s’intéresse de près à l’E 184, ainsi que son concurrent allemand, Volocopter.

Articles précédent

Air New Zealand : encore un incident avec les drones

Article suivant

USA : Un drone sauve une vie dans les monts Ozark

Aucun commentaire

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*